Les super-aliments: la spiruline

Maca, spiruline, baobab, açaí, moringa, lucuma… Autant de noms exotiques que l’on entend fréquemment si l’on s’intéresse à la nutrition. Avec autant de produits inondant les marchés et nos étagères, il est parfois difficile de s’y retrouver et de comprendre pourquoi il peut être bon pour nous d’ajouter ces super-aliments à notre alimentation. C’est pourquoi j’ai eu l’idée de commencer à faire des recherches sur ces différents produits, et à en publier les fruits ici.

J’ai choisi de commencer par la spiruline, car c’est de loin le super-aliment que je connais le mieux, et que je consomme depuis maintenant plusieurs années.

Origine

Vendue sous la forme de poudre, de granules ou de comprimés, la spiruline est une micro-algue de la famille des algues bleues, ou cyanobactéries. C’est un organisme très primitif, il n’a pas évolué depuis plus de 3 milliards d’années. Sont nom lui vient de la forme en spirale de sont minuscule squelette. Parmi les 36 espèces de spiruline, comestibles Spirulina platensis est la plus rependue sur le marché. On la cultive partout où le climat le permet:  USA, Chine, Chili, Cuba, Inde Afrique de l’Ouest, Grèce… Sa qualité varie en fonction de son origine géographique, des procédures de culture, de séchage et de broyage.

Les Aztèques connaissaient déjà la spiruline, qu’ils récoltaient du lac Texcoco sous la forme d’une boue bleue, qu’ils appelaient tecuitlatl. En Afrique, au bord du lac Tchad, les autochtones récoltent depuis des siècles une substance semblable à la spiruline, le dihé, consommé par les femmes enceintes et durant les périodes de famine.

Propriétés

La spiruline, devenue populaire en Occident comme complément alimentaire dans les années 70, doit sa renommée à sa composition nutritionnelle: elle est une source exceptionnelle de caroténoïdes, une excellente source de fer et est riche en antioxydants. Elle contient tous les minéraux dont l’organisme a besoin et les vitamines B1, B2, B3, B5, B8.  Ainsi, plusieurs pays la cultivent localement pour lutter contre la malnutrition, notamment l’Inde, le Togo, la Chine et le Vietnam. Selon les experts, une dose quotidienne de un à trois grammes de spiruline pendant quatre à six semaines suffit à guérir un enfant souffrant de malnutrition grave. Les expériences de consommation menées de spiruline ont été menées avec succès et sont actuellement poursuivies ; les enfants traités à la spiruline ont repris 3 kg en moyenne.

Plusieurs études menées sur des animaux ont démontré que la spiruline a des propriétés immuno-stimulantes, antioxydantes, antidiabétiques, et qu’elle peut diminuer le taux de lipides sanguins. Cependant, les données prouvant son efficacité chez les humains sont insuffisantes: les essais cliniques portent sur une population de faible envergure et ont une méthodologie contestable.

La spiruline a également des propriétés détoxifiantes grâce à son contenu en chlorophylle. Ce pigment à la particularité de de pouvoir chélater – autrement dit fixer – les toxines et de pouvoir ainsi en purifier l’organisme.

Enfin, la recherche a récemment démontré que la phycocyanine, un pigment protéique respiratoire unique à la spiruline, avait une action favorable sur l’érythropoïèse – processus de fabrication des globules rouges dans la moelle osseuse – en stimulant l’évolution et la différenciation des cellules souches des lignées sanguines rouges et blanches.

Bon à savoir

  • La spiruline n’est pas contaminée par des microcystines, contrairement à d’autres algues bleu-vert. Si l’étiquette d’un produit ne comporte pas la mot « spiruline », ne l’achetez pas: il s’agit probablement d’une autre espèce d’algue qui, elle, pourrait être contaminée.
  • Un test effectué au Canada a révélé que la spiruline n’est pas non plus contaminée par l’anatoxine-a, une autre toxine produite par certaines algues.
  • Comme les algues ont tendance à accumuler les métaux lourds lorsqu’elles sont cultivées dans un environnement pollué, il est recommandé de choisir des produits dont les méthodes de culture sont rigoureusement contrôlées.
  • Les personnes souffrant de phénylcétonurie doivent éviter la spiruline car elle contient de la phénylalanine, comme tous les aliments protéiques.
  • La spiruline peut avoir un effet stimulant chez certaines personnes, il est donc préférable de ne pas en prendre le soir.
  • Le propriétés détoxifiantes de la spiruline peuvent provoquer des symptômes tels que troubles gastro-intestinaux et maux de tête, notamment lorsque les dosages de départ sont trop élevés. Pour éviter ces désagréments, commencer par 1g/jour la première semaine et augmenter progressivement la dose au cours des semaines suivantes.
  • Il n’y a pas d’autre contre-indication aux doses courantes.

Quand est-il recommandé de prendre de la spiruline en complément?

Si vous ne soufrez d’aucune pathologie, une alimentation variée et équilibrée devrait suffire à subvenir à vos besoins. Cependant, la prise de spiruline en complément peut vous donner un coup de pouce, en vous apportant en plus grande quantité une substance particulière dont vous pourriez avoir un besoin accru à un moment donné. De plus, notre mode de vie ne permet pas toujours de s’alimenter convenablement.

Ainsi, lors d’une période de stress – examens, déménagement, changement d’emploi – les besoins de l’organismes en minéraux et vitamines sont accrus. Dans ce cas, prendre de la spiruline peut s’avérer être une aide intéressante. Il en va de même pendant la grossesse ou en cas de règles abondantes, où un apport supplémentaire en fer peut s’avérer bénéfique.

Avant d’entamer une cure de spiruline, pensez à consulter votre médecin ou votre thérapeute en nutrition afin qu’il  vous recommande une posologie adaptée

Autres usages de la spiruline

La jolie couleur de la spiruline en fait un colorant alimentaire intéressant car elle vous apportera de précieux nutriments en plus de colorer vos plats. N’ayez toutefois pas la main lourde: son goût particulier ne se marie pas à toutes les saveurs! En petites quantités, elle apportera une touche originale à vos smoothies, crème glacées ou plats salés.

Sources

passeportsante.net ; www.iimsam.org ; consoglobe.com ; algorigin.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s