La candidose, partie 1: définition, symptômes, diagnostic et traitement

 

Qu’est-ce qu’une candidose?

La candidose digestive est une infection provoqué par un champignon de type levure. Chez l’être humain, c’est l’espèce candida albicans qui est la plus communément rencontrée. Naturellement présent dans la flore intestinale et vaginale, le candida est normalement inoffensif: chez un sujet en bonne santé, sa multiplication est contrôlée par l’équilibre bactérien. Or, lorsque cet équilibre est rompu, le candida prolifère et devient alors pathogène. Certains traitements médicaux, une baisse du système immunitaire, la grossesse ou encore le diabète peuvent favoriser le développement d’une candidose. Celle-ci peut toucher soit la peau, soit les muqueuses, provoquant démangeaisons, lésions rougeâtres et secrétions blanchâtres. Lors d’une candidose buccale, un dépôt blanchâtre et crémeux (muguet) apparaît sur la langue. Les candidoses génitales (vulvo-vaginite chez la femme, balanite chez l’homme) entraînent prurit et pertes blanches et crémeuses, comme du fromage frais.

Une infection au candida localisée est bénigne et se traite facilement avec des antifongiques, par voie orale ou cutanée. Cependant, lorsque le système immunitaire ne parvient pas à contenir la prolifération de la levure, cette dernière peut envahir  la bouche, les intestins et l’anus, avant de se propager à la peau et aux muqueuses. L’infection peut devenir chronique, avec des conséquences lourdes sur la santé et le bien-être du sujet atteint. Les 20 dernières années ont vu une augmentation notable des cas de candidose digestive. Principales causes de cette augmentation: une alimentation trop raffinée, riche en sucres, en conservateurs et en colorants, la concentration toujours plus grande de métaux lourds, pesticides, herbicides et antibiotiques dans nos aliments, l’utilisation fréquente d’antibiotiques, la prise à long terme de la pilule contraceptive, de somnifères ou de tranquillisants.

Symptômes

Les symptômes de la candidose sont très variés, ils peuvent être d’ordre digestif, immunitaire, énergétique ou émotionnel. Voici une liste des symptômes physiques les plus fréquents: troubles du transit intestinal, diarrhée, constipation, ballonnements, douleurs intestinales, flatulences, démangeaisons anales, mauvaise haleine, gain et perte de poids inexpliqués, carences alimentaires, troubles du comportement alimentaire, forte attirance pour les aliments sucrés, gras et l’alcool, règles douloureuses et irrégulières, syndrome prémenstruel, mycoses chroniques, cystites, sinusites chroniques, psoriasis, eczéma, acné, urticaire, fatigue chronique, douleurs et fatigue musculaire, douleurs articulaires, troubles de la vue, asthme, bronchites, migraines.

Du point de vue émotionnel, la candidose peut provoquer dépression, anxiété, irritabilité, agressivité, insatisfaction, sauts d’humeurs, difficultés de concentration, pertes de mémoire, idées confuses le matin et baisse de la libido.

Diagnostic

Le diagnostic est relativement difficile à établir, à cause de la variabilité des symptômes. Les personnes malades ne font généralement pas le lien entre leurs différents symptômes et cherchent à les traiter de manière séparée, allant parfois voir un spécialiste différent pour chaque problème. Les examens médicaux suivants peuvent aider au diagnostique de la candidose : analyse sanguines ou des sécrétions génitales, coproculture (culture des organismes présents dans les selles), tests cutanés. Le questionnaire du Dr Besson vous permettra de déterminer si vous pourriez potentiellement être atteint d’une candidose, avant d’entamer les examens médicaux coûteux.

Traitement

La candidose doit être traitée sur plusieurs fronts pour être soignée. Ainsi, toutes les approches décrites ci-dessous sont complémentaires et ne se suffisent pas à elles-mêmes.

Alimentation

Le candida se nourrissant principalement de sucre, le traitement de la candidose digestive passe avant tout par l’alimentation. Il est long et peut sembler difficile aux personnes ayant des habitudes alimentaires très différentes de la diète anti-candida. Cependant, le traitement par l’alimentation est indispensable, les antifongiques n’ayant qu’un effet localisé et transitoire sur l’infection. Le régime anti-candida consiste en l’élimination de toute forme de sucre, de moisissures, de levures et d’antibiotiques dans l’alimentation. Pour aider vôtre organisme à lutter contre l’infection, il vous faudra également supprimer tout ce qui l’encrasse et le fatigue, ainsi que les aliments ayant un indice glycémique élevé. En règle générale, je vous recommande de consommer les produits les plus bruts possibles, car les aliments industrialisés contiennent la plupart du temps de additifs qui devront être traités et éliminés par votre organisme, ce qui le fatiguera. Pour une explication détaillée du régime anti-candida, vous pouvez consulter la deuxième partie de ce dossier.

Detox

Cette étape doit ce faire avant la diète. Elle est primordiale pour libérer votre organisme des toxines qui l’encrassent, et éviter une réaction d’Herxheimer trop forte (voire ci-dessous). En effet, lors d’une infection au candida, les toxines produites par le champignon sont absorbées par les intestins, avant d’être filtrées par le foie. Ainsi, ce dernier étant durement sollicité lors d’une candidose digestive, il est nécessaire de lui donner un coup de pouce, qu’il puisse pleinement assurer sa fonction. Vous pouvez prendre des gélules ou des solutions à base de plantes (artichaut, chardon-marie, bouleau, curcuma, radis noir…), qui soutiennent l’activité du foie, de la vésicule biliaire, du pancréas et de l’intestin. Demandez conseil à votre thérapeute, afin qu’il vous recommande des produits adaptés à vos besoins, ainsi que l’hygiène alimentaire à suivre pendant leur prise.

L’autre composant de votre detox sera l’hydrothérapie du colon, ou irrigation colonique. Elle permettra d’éliminer physiquement les colonies de flore pathogène qui tapissent votre gros intestin. L’irrigation colonique procurera un soulagement rapide de vos problèmes de transit digestif. Elle est complémentaire à la prise de produits pour soutenir les fonctions hépatiques.

Compléments alimentaires

Votre paroi intestinale étant irritée, il est fort à parier que votre intestin n’arrive plus à assimiler les nutriments de manière efficace, et par conséquent que vous souffriez de carences. Or, votre organisme a besoin de ses pleines capacités pour luter contre le candida. C’est pourquoi il est nécessaire de prendre des vitamines et minéraux sous la forme de compléments alimentaires.

Probiotiques

Les probiotiques sont disponibles sous la forme de poudre ou de capsules. Ils vous aideront à rééquilibrer votre flore intestinale en repeuplant l’intestin avec des bactéries bénéfiques à l’organisme, comme Lactobacillus acidophilus et Bifidobacterium. Ces dernières ont la particularité de produire de l’acide lactique – qui rend le milieu intestinal plus acide, et donc plus défavorable au candida – et de la biotine, qui inhibe la transformation du candida de levure en moisissure, la forme qui cause des symptômes. De plus, elles aident l’intestin et le foie dans la détoxification de l’organisme, et ainsi favoriser la guérison.

Pour maximiser l’effet des probiotiques, prenez-les le matin à jeun, avec un verre d’eau tiède, au moins quinze minutes avant de manger. Ainsi, les probiotiques pourront traverser votre estomac rapidement, ce qui diminuera le risque qu’ils soient détruits par vos sucs gastriques.

Concernant les bienfaits des yaourts et kéfirs aux lactobacillles vivants, le sujet est controversé, le nombre de bactéries dans un yaourt étant ridiculement petit en comparaison avec un comprimé probiotique. Il y a également le risque que les bactéries soient tuées dans votre estomac, par les sucs gastriques, avant d’atteindre votre intestin. Cependant, leur inefficacité n’a pas été plus prouvée que leur effet. Ainsi mangez-en si vous aimez ça, mais ne vous forcez pas si vous n’aimez pas.

Antifongiques

Plusieurs aliments contiennent naturellement des substances antifongiques:

Ail: particulièrement efficace consommé cru. Vous pouvez l’utiliser comme condiment à volonté. Si le goût vous incommode, il existe des capsules d’extrait d’ail.

Acide caprylique: naturellement présent dans la noix de coco. Usez et abusez-en sous toute ses formes: fraîche, râpée, lait, farine et huile de coco. Attention, le sucre de fleurs de coco reste du sucre! N’en consommez pas! Vous trouverez également de l’acide caprylique sous la forme de gélules.

Acide oléique: naturellement présent dans l’huile d’olive, dont elle est composée à 72%. On en trouve aussi dans l’huile de noisette (77%), d’avocat (68%), de colza (56%) ou de sésame (39%). Consommez ces huiles à froid pour bénéficier au maximum de leurs propriétés.

Aloé vera: l’aloé véra frais est un antifongique, anti-inflammatoire et calmant naturel. Ainsi, sa consommation vous aidera à combattre la prolifération du candida, tout en aidant à la cicatrisation de votre paroi digestive irritée. Procurez-vous du gel d’aloé vera frais et bio, évitez les gélules et les préparations à base de poudre lyophilisée réhydratée, qui sernt moins efficaces. Consommez deux cuillères à soupe de gel dilué dans de l’eau, trois fois par jour.

Chlorophylle: responsable de la coloration verte des plantes, elle a des effets thérapeutiques reconnus. Elle a des propriétés germicides, favorise la cicatrisation et favorise le bon fonctionnement des fonctions intestinales et hépatiques. Prenez l’habitude de manger plus de légumes verts et de parfumer vos plats avec des herbes fraîches: basilic, estragon, coriandre, persil, ciboulette… Les algues sont également une excellente source de chlorophylle, notamment chlorella, que vous trouverez sous la forme de poudre ou de gélules.

Extrait de pépins de pamplemousse: connu pour ses propriétés germicides. N’affecte pas la flore bactérienne saine de l’intestin, et respecte en particulier les bifidobactéries et les lactobacilles. Vous le trouverez sous la forme de gélules ou de gouttes. Assurez-vous que l’extrait est produit à partir de pamplemousses bio, pour garantir la consommation d’un extrait sans produits toxiques. Manger du pamplemousse n’a pas le même effet. Au contraire, il viendra nourrir votre candida en raison de son contenu en sucre!

Gingembre: vous pouvez l’utiliser en condiment, cuit ou cru, le déguster en lamelles ou en faire des boissons. Le matin, préparez-vous un thermos ou une gourde d’infusion de gingembre, en faisant cuire du gingembre frais coupé en petits morceaux dans de l’eau bouillante, pendant dix minutes. Vous pouvez ajouter du jus de citron frais à votre boisson, et la déguster chaude ou froide.

Pau d’arco: provient de l’écorce d’un arbre sacré chez les Incas, le lapacho ou Tabebuïa Avellanedae en latin. En plus de ses vertus antifongiques, elle détoxifie l’organisme et renforce le système immunitaire. Le pau d’arco se consomme sous la forme d’infusions, que vous devrez faire bouillir pendant 10 minutes.

Rutabaga: riche en fibre, en potassium et en vitamines, il vous aidera à rééquilibrer votre flore intestinale. Vous pouvez le consommer cru en cuit: en purée, au four, en soupe…

Les antifongiques prescrits par votre médecin sous la forme de crèmes, d’ovules  ou de savon, peuvent soulager vos symptômes externes comme les démangeaisons et les mycoses des ongles. Il est cependant primordial de soigner votre candidose digestive pour faire disparaître définitivement vos mycoses cutanées.

Réaction d’Herxheimer

La réaction d’Herxheimer consiste en l’aggravation des symptômes d’une maladie au début de son traitement. Lors du traitement d’une candidose, cette réaction est provoquée par le fait que la mort des candidas libère des quantités importantes de toxines dans l’organisme. Lorsque la capacité de détoxication du foie est dépassée, le taux de toxicité du sang augmente, ce qui crée une aggravation des symptômes. C’est la raison pour laquelle il est indispensable de soutenir les fonctions hépatique lors d’une cure anti-candida.

Les sujets porteurs d’une candidose chronique font souvent une réaction d’Hexheimer lorsqu’ils prennent des antifongiques puissants pour traiter leurs mycoses cutanées.

Pour en savoir plus sur le régime anti-candida,lisez la seconde partie de ce dossier: la candidose digestive, partie 2: le régime anti-candida.

Références

www.vulgaris-medical.com ; www.nutritionsante.ch ; www.ateliersante.ch ; www.passeportsante.net ; amelioretasante.com; candida-albicans.fr ; www.thecandidadiet.com ; www.santeonaturel.comwww.produits-laitiers.com ;  www.fr.docvadis.ch ; www.wikipedia.org ; www.futura-sciences.com ; www.lemonde.fr ; www.fitnessfriandises.fr ; www.hygienenaturelle-alimentation.com ; eliciamiller.com ; candidaalbicanstraitement.org ; www.santenatureinnovation.com ; www.psychologies.com ; www.complements-alimentaires.co ; www.vaincrelesmycoses.com ;  G. Enders, Le charme discret de l’intestin : tout sur un organe mal-aimé (2015) ; V. Legros, sans candida albicans, accompagner une candidose (2010)

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Catherine dit :

    Eleonora, ton site est une véritable mine d’or, merci !

    Aimé par 1 personne

    1. Eleonora dit :

      Merci Catherine! J’espère que tu auras trouvé des informations utiles. N’hésite pas à me demander si tu as des questions, suggestions ou demandes d’adaptation de recettes 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s